Arrêter de fumer grâce aux huiles essentielles... Avec Malta Pufff...

Comme annoncé sur le forum - pour celles qui suivent :p -, j'ai été contactée il y a quelques temps par le service marketing Malta Puff, qui me proposait de tester leur spray - du même nom - pour arrêter de fumer... N'étant pas fumeuse moi-même, j'ai invité les lectrices du blog à partager leur témoignage sur leur addiction à cette fichue cigarette. J'ai ensuite choisi la lectrice qui me semblait avoir la motivation nécessaire pour tester ce produit. C'est donc Mlle Athénaïs qui a eu le plaisir de recevoir, aujourd'hui même, le spray Malta Puff... Je vous propose dans cet article, un véritable journal de bord, afin de suivre jour après jour, son expérience avec Malta Puff...

 

Mais avant de commencer notre journal de bord,

il me semble impératif de vous présenter le produit...

 Spray buccal MALTA PUFF 

 

Comment ça marche? - Source Maltapuff.fr -

 

 

 

La Méthode Malta Puff est simple, rapide et efficace*...

 

Vous cherchez une solution simple, rapide et efficace* qui aide à l'arrêt du tabac ?

Alors essayez la solution Malta Puff aux huiles essentielles. >> Voir la vidéo Malta Puff 

Malta Puff est un produit 100% naturel qui permet de diminuercontrôler et arrêter de fumer efficacement* grâce aux propriétés spécifiques de chaque huile essentielle (aromathérapie).
Présenté sous la forme d'un spray buccal d'une contenance de 10 ml, il permet 65 pulvérisations environ.    

•    Simple : A chaque fois que vous avez envie d'une cigarette, remplacez-là par une pulvérisation de Malta Puff
     sur la langue ;

•    Rapide : Toujours faire UNE SEULE pulvérisation sur la langue et garder le produit en bouche ; 

•    Efficace : Immédiatement, les principes actifs des huiles essentielles de Malta Puff agissent et bloquent
     l'envie de fumer.

 

Comment choisir la quantité nécessaire de Spray Malta Puff ?

 

Il est important d'adopter la solution Malta Puff en fonction de votre objectif et de votre motivation pour lutter contre votre dépendance au tabac, afin d'optimiser vos chances pour diminuer, contrôler ou arrêter de fumer.

•    Vous fumez entre 1 et 15 cigarettes par jour : l'achat d' 1 spray peut vous suffir 
•    Vous fumez entre 15 et 30 cigarettes par jour : l'achat de 2 sprays vous est conseillé
•    Vous fumez entre 30 et 45 cigarettes par jour : l'achat de 3 sprays vous est conseillé
•    Vous fumez plus de 45 cigarettes par jour : l'achat de 4 sprays vous est recommandé 

 

Les avantages de Malta Puff :

 
•    Spray 100% naturel : produit à base d'huiles essentielles mélangées à de l'huile de pépins de raisin ;

•    Facile à utiliser : il suffit de remplacer la cigarette par une pulvérisation de Malta Puff sur la langue  ;

•    Efficace* : action rapide et efficace dès le premier jour de son utilisation ;

•    Pratique : un pulvérisateur discret, que vous pourrez emmener partout avec vous ;

•    Ne contient pas de nicotine ;

•    Ne provoque aucun effet secondaire, anxiété, nervosité, insomnie et ni d'augmentation d'appétit.
•    Rapidité de la Méthode : de 7 à 15 jours maximum (suivant la dépendance du fumeur).

 

Les recommandations d'utilisation de Malta Puff pour arrêter de fumer :

 

•    Faire toujours UNE pulvérisation de Malta Puff sur la langue 10 à 20 fois par jour pendant les
     deux premiers jours ;

•    Commencer le matin avant la première cigarette ;
•    Ne pas boire ni manger 10 minutes avant et après la PREMIERE pulvérisation ;

•    Faire une pulvérisation à chaque envie de cigarette autant de fois que nécessaire tout au long 
     de la journée, en appliquant environ un spray sur la langue toutes les heures, puis diminuer progressivement.
     Eviter si possible de boire et manger avant l'application du produit.

•    Après l’arrêt complet, faire une pulvérisation sur la langue 4 fois par jour jusqu’à ce que le besoin de fumer 
     cesse complètement.


Note :
 Malta Puff ne garantie pas à tous les fumeurs la réduction ou l'arrêt de consommation de tabac. Les résultats des tests d'efficacité obtenus peuvent varier d'une personne à une autre en fonction de leur réaction au produit, leur motivation et leur rigueur dans l'application des consignes d'utilisation.

 

 Plus d'informations sur le site Maltapuff.fr 

  

 

Maintenant que vous en savez un peu plus sur le spray, nous pouvons commencer notre journal de bord... Je me félicite d'avoir choisi Athénaïs pour ce journal, ses comptes rendus sont juste parfaits, rien à retoucher! Tout y est dit, de façon claire, concise et extrêmement intéressante!  

 

 

Journal de bord

Test en conditions du produit:

Spray buccal Malta Puff, pour arrêter de fumer!

Avec & par Mlle Athénais...

 

 

Le facteur vient de m'apporter le spray! Première impression très positive, le carton est très joli, néanmoins déjà du suremballage! Je sors le spray, il est très glamour, on dirait un produit cosmétique de luxe avec son design sobre, moderne adapté aux hommes comme aux femmes. Je m'attaque à la notice, aïe, il faut commencer à jeun de cigarettes le matin, j'en ai déjà fumé deux en travaillant mes cours et un projet pour l'université après m'être levé à 6h45... oui, un samedi!

 

La notice est très simple et concise, et m'annonce que le mélange est à base d'huiles essentielles et d'huile de pépin de raisin (la plus saine à mon avis). Je note d'ailleurs que parmi les huiles essentielles, on trouve la myrte rouge, un très bon remède contre le tabac (j'avais testé et bien diminué à l'époque). On m'annonce qu'il n'y a aucun effet secondaire à utiliser ce spray. Le programme paraît simple : le premier jour, une pulvérisation avant la première cigarette, puis une toutes les heures (entre 10 et 20) puis on diminue les jours suivants. Mes premières impressions sont très positives puisqu'il ne s'agit pas d'arrêter d'un coup, ouf! Arrêter d'un coup me fait peur, alors que je ne suis que faiblement dépendante à la nicotine, c'est surtout le rituel dont j'ai du mal à me passer. L'utilisation du spray encourage la diminution et se poursuit quelques jours après l'arrêt complet. J'envisage de commencer l'utilisation demain matin. Pour rappel, je fume entre 8 et 15 cigarettes par jour selon mon emploi du temps, fume souvent en attendant les trains, quand je réfléchis sur une notion de cours, ou en société. 
J'ai vraiment hâte de tester "vraiment"! 

 

1er jour d'utilisation...

Alors, première "vraie journée de test". A vrai dire, au réveil, j'ai tendance à ne pas avoir envie de fumer tout de suite, en général l'envie se manifeste 1h ou 2 après le réveil. Comme il faut commencer sans avoir bu et sans boire 10 minutes avant et 10 minutes après, et commencer avant la première cigarette, j'ai pris une pulvérisation une demie heure après m'être levée. Houlà, traumatisant! Première impression, c'est super fort, mais vraiment très fort! Une fois le goût des huiles essentielles un peu dissipé (2/3 minutes), la texture de l'huile envahit ma bouche. Du coup, j'ai bien senti que la cigarette n'était pas pour tout de suite... et mon petit déjeuner non plus! Je laisse passer du temps, passe à table, et là, j'étais super déçue de voir que le goût est tenace, même après mon café, le goût était persistant, et surtout celui de la myrte! Comme le goût restait persistant, je me suis dit que ce n'était pas la peine de repulvériser, et je m'allume une cigarette... et je l'ai jetée à la moitié, le goût du produit étant vraiment trop fort. Pour continuer dans la journée, j'ai respecté les consignes en ajustant néanmoins aux abords des repas, histoire de profiter des mets que mon chéri m'avait préparés... Concrètement, le goût du produit ne m'a pas quitté de TOUTE la journée, malgré les brossages de dents, malgré les chewing gum, etc. Sur l'envie, ça joue, le produit est tellement fort qu'on sait qu'il va rendre TOUT ce que l'on va absorber écoeurant. J'ai du coup allumé quasiment autant mais de façon plus espacée et en ne terminant JAMAIS mes cigarettes. J'ai donc trouvé le produit efficace pour lutter contre le tabagisme, excellent pour un régime également (et vu que c'est naturel, ça pourrait être une variante d'utilisation lol) mais vraiment trop fort et tenace en goût pour profiter des autres plaisirs de la vie, ne serait-ce que le fait de boire un verre d'eau. Demain, je pourrai tester tout ça au travail! 

 

Deuxième jour d'utilisation...

Aujourd'hui, j'ai testé le spray dans des conditions de vie active. Debout 5h, bus 6h30 et la journée est partie... Le spray avant le petit déj, bof, du coup je l'ai pris après... mais un tout petit peu moins de temps après les 10 minutes conseillées après un aliment... et j'ai eu des nausées terribles. Du coup, je n'ai fumé ma cigarette que 30 minutes plus tard, et même pas à moitié. Une fois arrivée sur mon lieu de travail, plus de possibilité de fumer avant la récréation (je bosse dans un collège) de 10h, puis midi, rebelotte 15h30, et le soir, théoriquement, no limit... Théoriquement, car à 10h, j'ai pris une taffe sur la cigarette d'une collège après avoir pris du spray, bien m'en a pris, car mes cafés de la matinée ont failli faire le chemin inverse. Curieuse, ma collège a voulu tester aussi, elle a détesté, mais a trouvé que le fait de ne pas sentir le goût de la cigarette... la rendait agréable, allez comprendre. Pour résumer, entre 5h et 21h aujourd'hui, j'ai fumé "vraiment" 3 cigarettes et demie, et encore, celles-ci m'ont donné des nausées pas possibles! Bizarrement, j'ai trouvé que le goût du spray s'estompait vraiment vite, j'ai pu profiter de mon repas avec 2 de mes collègues adorés, profiter de ma récré de l'après-midi pour discuter avec des gens que je ne voyais jamais en salle des professeurs car j'étais dehors à la fois en train de me créer un cancer et de me geler les miches. Au retour, j'ai pris du spray en ayant envie de fumer mais sans allumer de cigarettes, donc de 15h30 à 19h je n'en ai pas allumé UNE seule, car je suis partie du principe que, si je prends le spray, je n'ai pas de goût, et que sans goût, aucun intérêt de fumer. Une fois à la maison, j'ai "volontairement oublié" le spray car j'ai eu envie de retrouver ma vieille copine au goudron, mais j'ai tellement culpabilisé que je ne l'ai pas terminée. Ce soir, je pense que je vais vite me coucher, et ne plus en allumer. Pour conclure, j'hésite : faut-il être maso pour fumer, être maso pour s'infliger ce spray (que j'ai vraiment détesté de me séparer de mon amie blonde), ou pour cumuler les deux? Mais je trouve le produit efficace, avec ce petit bémol néanmoins (illustré par ma cigarette de 19h) : si l'on a pas vraiment envie d'arrêter, rien n'oblige à prendre une pulvérisation, donc à s'obliger de stopper la cigarette. J'ai donc voulu "trop en faire" dans la journée et ai craqué le soir, du coup, demain, toujours au boulot, je vais faire en sorte de me mettre moins de pression nerveusement vis-à-vis de mon sevrage, et pulvériser plus afin de me concentrer sur le goût pour oublier mon envie de fumer (suive qui peut le raisonnement d'une future ex-droguée)...

 

Troisième jour d'utilisation... 

Aujourd'hui, j'ai appris que je ne pouvais pas dépendre à la fois du spray et de la cigarette, mais je deviens dépendante des deux, et moi qui suis une psychorigide du "je contrôle tout", ça ne me convient pas. Du coup, j'ai fait ma mauvaise tête, "oubliant" le spray régulièrement, par défi, comme si le spray allait se venger... Il s'est vengé le saligaud! 3 heures après une vaporisation, n'ayant plus le goût des herbes dans la bouche, le fait de fumer une cigarette m'a fait vomir. Ma journée fut semblable à celle d'hier... du côté de la cigarette... malgré les trucs improbables qui me sont encore tombés dessus aujourd'hui! Le spray est tenace, le spray est obsédant, le spray se venge, et le spray est méchant. Il n'a pas compris qu'il devait être mon allié contre la cigarette... et non son allié contre moi. Mais ça marche ! Je n'ai pas fumé plus qu'hier, mais j'ai allumé plus de cigarettes qu'hier... une taffe et puis fini.
Cette expérience est particulièrement étrange, car même si je suis motivée depuis plus d'un an à arrêter de fumer, je n'avais pas franchi le pas. Là, j'ai l'occasion de le faire, je suis motivée, mais c'est particulièrement difficile de se détacher de réflexe, du genre "j'ai eu une après-midi éprouvante, j'ai le droit à une cigarette", ou "j'ai bien mangé à midi, je vais m'en griller une". Ces réflexes particulièrement bien incrustés sont autant d'incitations à vouloir se montrer plus fort que la cigarette. Oui, qu'on se le dise, la cigarette conditionne et est une drogue, et le spray n'est pas un moyen de substitution, il est juste un moyen pour le corps et l'esprit de détourner l'attentionDemain, je vais essayer de me fixer comme objectif de ne pas fumer avant la fin de ma présentation de projet à la fac, en dépit des trains en retard (cigarette d'attente), et du stress qui précède un oral (cigarette de "relaxaton"). Je vous dirai à l'issue de la journée s'il est possible de tenir ce genre d'épreuves qui peuvent paraître simples aux non-fumeurs. 

 

Quatrième jour de test... 

Hier, j'avais exprimé mon souhait de tenir sans fumer au moins jusqu'à la fin de ma présentation (midi). Echec. Les échecs en apprennent beaucoup sur nous même. J'ai fumé en attendant le bus, et en attendant la prof. En réalité, j'ai gagné un autre combat à ce moment là, puisque, grâce au spray, je n'ai pas terminé mes cigarettes. En effet, je n'ai pas terminé mes cigarettes! Je les ai trouvées dégueulasses, et je me suis demandée comment j'avais pu fumer autant. Le spray est donc magique! Mon meilleur pote du sac à main a remplacé mon paquet de cigarettes, mais ne les a pas chassées, puisque, si ça dégoute de fumer, ça ne dégoute pas d'avoir des réflexes. Néanmoins, rien que pour aider à diminuer dans un premier temps, c'est archi-efficace puisque mon paquet de 30 a été acheté samedi. En temps normal, j'en aurais déjà entamé un nouveau hier soir ou aujourd'hui, et là, il m'en reste quasiment la moitié. Je me suis promis de ne pas en racheter, et je compte beaucoup sur le spray magique pour évacuer pour de bon cette envie de racheter un paquet. Par curiosité, j'ai tenté de me renseigner sur le prix de Malta puff... et je suis tombée à la renverse! Dites vous que le prix habituel d'un petit spray est de quasiment 70€. Moi qui suis grande consommatrice d'huiles essentielles, j'ai trouvé ça hors de prix, puisque pour ce prix là, j'aurais presque pu confectionner le mélange moi-même pour beaucoup moins cher. Néanmoins, sans me lancer sur le terrain du marketing, j'ai trouvé deux arguments susceptibles de justifier ce choix : le premier, si l'on veut être motivé, il faut que cela coûte quelque chose, comme par exemple un enfant doit faire un dessin à son psy pour "symboliquement" payer la séance, faire un "effort". L'autre est évidemment le fait que si on est capable de balancer 100€/mois dans de la fumée, on peut être capable de mettre un peu moins pour ne plus payer du tout après! Concrètement, entamer les démarches pour arrêter de fumer sont compliquées pour le corps et pour l'âme. Bon, pour le corps, avec le spray on a tendance à devenir économique en nourriture, à mieux respirer, à avoir les dents plus blanches (oui, ça doit être un effet secondaire étrange), pour l'âme c'est l'attente, la frustration, la concentration, la fatigue psychique puisque l'on se rend compte à quel point nos vies nous échappent en devenant dépendant de quelque chose! J'avoue détester cette période d'arrêt pour ce genre de raisons, et surtout pour la prise de conscience qu'elle m'impose : je ne suis plus maîtresse de mes actes à cause du tabac!!! Une petite anecdote pour finir sur cette journée de progrès/stagnation dans mon parcours contre la nicotine : une copine de fac, maman de 2 petites filles, avait des sucettes dans son sac, et m'en a naturellement proposée... et au moment de la retirer de ma bouche, j'ai pris la tige entre le pouce et l'index... comme une cigarette!

 

Cinquième jour de test... 

Aujourd'hui, je me suis sentie pousser des ailes. Je n'ai pas fumé de la journée! J'avoue que j'ai de la chance d'avoir beaucoup de copains de fac qui sont en tentative d'arrêt du tabac, du coup c'était plus simple. Mais grâce au spray, qui prend le contrôle du goût, de la respiration, et même de l'envie de fumer... je n'ai pas eu envie de fumer! Forcément, ça m'a fait bizarre de n'avoir rien à faire en attendant le train, ou encore plus après les repas, les clopes les plus appréciées de la journées! Mais non, j'ai vaporisé, ouvert un bouquin, mangé mes stylos (au point d'avoir la bouche bleue même) mais je n'ai pas fumé! Je ne suis malheureusement pas convaincue de pouvoir tenir encore sans cigarette du tout, mais le spray m'aide beaucoup à détourner mon attention : je me suis enfin habituée au goût... et mes camarades à l'odeur! D'après mes copains de fac, j'ai une haleine de shit, c'est dire la discrétion de l'odeur! C'est d'ailleurs quelque chose que je déplore : mes sacs, mon jean, ma bouche.... tout sent les huiles essentielles, TOUT! Et manque de chance, c'est moins discret que le tabac froid! Néanmoins, je suis très fière de ma journée : je commençais à douter de l'efficacité du produit, ou de ma motivation, ou des deux! Mais finalement, si dans la notice on nous avertit qu'il faut compter entre 7 et 15 jours pour arrêter, c'est qu'il y a bien quelques charlots avant moi qui ont expérimenté la chose et sont arrivés à la même conclusion que la charlotte que je suis! Alors, advienne que pourra! Le spray est censé tenir 7 jours à raison de 10 à 20 pulvérisations/jour et assurer 4 pulvérisations une fois l'arrêt complet! Je pense que ça tiendra le temps du sevrage tabagique, c'est tout ce que je demande !

 

Sixième jour de test... 

Au secours, j'ai arrêté de fumer! Bon, en soi, j'ai passé une excellente journée, sans cigarette, même pas dans mon sac, rien de rien, même pas une demie-taffe, rien de chez rien de chez rien. Au fur et à mesure de la journée, un rhume s'est déclaré, or, le contenu de Malta puff aurait pu éviter ça. Passons, je suis de très mauvaise foi! Je suis agréablement surprise, car mes précédentes tentatives d'arrêt du tabac s'étaient soldées par... l'achat d'un paquet au bout d'une... heure? Là, rien. Même quand une "gentille" collègue m'a proposé une cigarette, j'ai refusé. Par contre, j'ai morflé! Ce matin, à la fac, ça allait, mais cet après midi au boulot... "ouais mais t'as arrêté quand? Cette semaine? Ah ouais, tu vas reprendre quoi", un peu comme lorsqu'un collègue a ébruité l'annonce de mes fiançailles "te marier? ça se fait pas! ça dure plus" etc. Les collègues, c'est bien, mais c'est mieux quand t'as pas d'évènements dans ta vie! bref! Pour revenir au spray, c'est une catastrophe, je l'avais dans ma poche de pantalon, et le fait est qu'au fur et à mesure des utilisations, depuis le début de la semaine, du liquide a coulé dans le capuchon... et aujourd'hui dans mon jean! Cette petite mésaventure à part, avant que cela ne coule, j'ai eu l'impression que le goût et l'odeur étaient moins forts que les premiers jours. Bon, finalement, je n'ai vaporisé que deux ou trois fois aussi, genre vite fait histoire de ne pas me croire invincible immédiatement. D'ailleurs je confirme : un fumeur en sevrage total se prend pour un sur homme, genre "j'ai arrêté de fumer" mais comme si ça faisait 20 ans. D'ailleurs, j'ai était l'archétype de la non-fumeuse rigide et intolérante : regards noirs vers les fumeurs sur le quai de gare qui m'envoyaient leur fumée dans la tronche, et le fier "je ne fume pas" dédaigneux aux gens qui tentent de te gratter une cigarette (qui coûte une fortune désormais). Je me demande quand même si j'aurais pu arrêter de fumer avec Malta puff seule, sans écrire et sans être lue, si l'efficacité aurait été la même. Quoiqu'il en soit, je suis convaincue que ce week-end sera révélateur : si je ne touche pas une cigarette jusqu'à lundi au moins, je pense que la moitié du chemin sera parcourue!

 

Septième jour de test... 

Si j'ai un bon conseil à vous donner, n'arrêtez jamais de fumer! Vous aurez le nez bouché, la gorge qui pique, et vous serez d'une humeur de chien. Autant, hier, j'étais d'une humeur relativement bonne, autant aujourd'hui, il ne fallait pas m'embêter... je ne sais pas s'il faut mettre ça sur le dos des gens que j'ai subi aujourd'hui ou si c'est vraiment la cigarette, mais c'est pénible! D'autre part, il faut considérer une chose importante sur le spray : il sert de déclencheur pour arrêter de fumer, mais c'est tout,. Je n'ai pas fumé, je me suis même débarrassée de mon paquet de cigarettes histoire de ne pas être tentée, MAIS je n'ai pas sorti le spray une seule fois. Oui, c'est étrange pour quelqu'un qui veut tester un produit de ne pas s'en servir, mais si on voit le spray comme un substitut de la cigarette, on se dit qu'on remplace une dépendance par une autre, et ce n'est pas du tout mon envie! J'ai envie d'être totalement libre! Entre deux crises de "je tourne en rond parce que je fumerais bien sur le balcon", j'ai regardé sur les sites internet les symptômes liés au sevrage tabagique, et je me suis dit que je ne m'étais pas bien préparée du tout. En effet, la gorge qui pique et le nez qui coule/ l'irritabilité/la fatigue sont trois gros effets secondaires de l'arrêt du tabac, et je vous le donne en mille, je suis atteinte des 3. Le nez qui coule, je gère à l'homéopathie, la fatigue en dormant comme un loir ce week end, mais l'irritabilité... déjà, on ne se rend pas compte qu'on est irritable. D'ailleurs, en plus de ne pas m'en rendre compte, j'ai carrément suspecté mon chéri de provoquer la dispute avant de me dire "ah, zut, ça vient de moi". Bref, un caractère de cochon, de zébu, de bourrique. Pourtant, je pense que le fait de ne pas se préparer à l'arrêt du tabac est une chose extrêmement bénéfique : ON NE SE MET PAS LA PRESSION pour rien. Ce sont d'ailleurs les gens qui vous la mettent. un peu comme hier, j'ai eu à faire à des gens qui s'imaginent que 3 jours d'arrêt, ce n'est pas de l'arrêt, que la rechute pointe son nez. Mais après tout, les bénéfices d'un arrêt, d'une diminution, d'une pause dans la consommation de cigarettes restent des bénéfices, non? Je les envoie se faire voir ces gens qui savent tout! Et si vous souhaitez arrêter de fumer, je vous conseille de faire pareil!

 

Huitième jour de test... 

Je n'aime pas le dimanche et j'avais vraiment peur de craquer aujourd'hui! Mais non! Il paraît que la concentration fait défaut durant le sevrage tabagique... mais vu mon esprit de contradiction, j'ai préféré travailler sagement sur mes cours pour détourner mon attention... Ce qui a bien tenu toute la matinée. Une fois le déjeuner achevé, ce fut une toute autre histoire... la clope d'après repas, c'est un peu comme le café du matin, c'est sacré. J'ai eu une de ces envies de sucré... du coup j'ai repris le spray, mais du coup le goût me faisait me souvenir que... si j'ai commencé Malta Puff... c'est pour arrêter la clope... et que du coup... j'avais envie d'une clope. J'imagine que pour les lecteurs non-fumeurs, ce raisonnement peut paraître à la fois de mauvaise foi et très tiré par les cheveux, mais il faut se dire que le tabac agit vraiment comme une drogue, et que la dépendance est difficile à annihiler! L'envie de cigarette ne m'a pas quitté, du coup j'ai fait une microsieste, du genre 5/10 minutes, et ce fut une excellente idée! A l'issue de celle-ci, j'ai à nouveau pu avoir de vraies occupations, et ne pas penser à la cigarette du tout... jusqu'à la fin du dîner... Actuellement, je ne pense qu'à aller me coucher pour entamer la journée de demain, journée suffisamment chargée pour éviter de fumer : il me suffira de ne pas sortir avec les fumeurs pendant les récréations! Et éviter les anciens fumeurs ou actuels non-fumeurs qui iront de leur bon conseil en la matière (je vise des gens, là, rancunière que je suis) en minimisant mes efforts! En somme, encore une belle journée de victoire pour moi, puisque je n'ai pas allumé/acheté de cigarette, que je ne me suis pas jeté sur du sucré, que je n'ai pas été aussi odieuse qu'hier, et que je suis un petit peu moins "enrhumée" qu'hier!

 

Neuvième jour de test...

J'ai arrêté de fumer! Youhou. Sauf quand j'écoute les autres! Très fière, en arrivant au travail, j'annonce que j'ai arrêté de fumer depuis quelques jours. Une seule personne, la seule d'ailleurs avec qui je n'ai que très peu d'affinités, m'a dit "je te soutiens, si tu as envie de craquer, viens me voir". Dingue, la seule à avoir compris que je risquais d'avoir besoin d'aide est la personne avec qui ça coince en général. Les autres n'en avaient pas rien à faire, non, ils estiment juste que c'est facile, soit parce qu'ils ont eux-même arrêté depuis 20 ans, soit parce qu'ils jugent qu'un fumeur est con, et que s'ils n'ont jamais fumé, c'est que c'est facile d'arrêter! A part ces considérations strictement égocentriques, j'ai passé une bonne journée de non fumeuse, sans "trop" de manque, à part ce soir entre la sortie du travail et maintenant. J'ai éprouvé un manque à ne pas sortir fumer dans l'escalier de secours avec ma meilleure copine du travail, d'ailleurs, tout le monde pensait à elle quand je disais que j'avais arrêté "essaye de dire à E. de faire comme toi". E. est une grande fumeuse, une fumeuse de stress, une copinette qui serait restée une simple collègue si nous n'avions pas passé nos récrés à cloper ensemble. Du coup, c'est angoissant de se dire que dire au revoir à la clope, c'est dire au revoir à des moments privilégiés, à des gens aussi. Le spray est un petit talisman dans mon sac à main dans l'immédiat. Je pense que je vais le garder encore un peu sur moi en attendant une situation moins tendue, mais que je vais essayer de convaincre ma soeur ou une copine de le finir. Ben oui, si on regarde bien, je ne m'en suis servi que durant les tous premiers jours de façon régulière. Je reverrais un peu la notice si j'étais Malta Puff, car à mon avis, pour des fumeurs modérés comme je "l'étais", il n'est pas nécessaire de vaporiser aussi souvent qu'ils le préconisent, mais je veux bien les croire quand ils disent que 2 sprays sont préconisés pour les gros fumeurs. Franchement, même si j'ai très peu utilisé ce spray, je suis convaincue qu'il fonctionne si on s'en sert comme préconisé pendant les premiers jours. Sans le spray, je n'aurais pas arrêté de fumer! Néanmoins, les premiers jours passés, je crois que la volonté suffit, ravivée par les huiles essentielles, car si moi, Athénaïs, petite chose sans volonté persuadée que je ne tiendrais pas une demie-journée, j'ai tenu si longtemps, c'est que ça touche le cerveau! Bon, guettez les promos sur le site, car le prix est très trop élevé, mais ne vous privez pas de cette opportunité!

 

Dixième jour de test... 

Aujourd'hui, j'ai eu énormément de travail, et ai dû batailler ferme pour réellement avoir le temps de souffler, si bien que je n'ai pas pensé une seule fois à fumer, y compris lorsque j'ai loupé le bus et dû attendre avant d'arriver devant chez moi, y compris en me demandant comment monter les deux étages qui me séparents de mon chez moi, y compris lorsque j'ai été à court d'idées pour mes devoirs de fac, et surtout y compris lorsque ma mère m'a téléphoné pendant loooongtemps. Finalement, c'est en écrivant ces lignes que j'ai compris que ça ne m'avait vraiment pas manqué. J'ai eu plus de mal à me passer d'un café à la récré, plus de mal à l'idée de ne pas voir les mêmes collègues dehors, ou plus de mal à devoir courir entre midi et deux pour chercher des documents/apprendre à ma collègue les bases du crochet/rattraper le retard que j'avais dans la tenue des fichiers du matin. Mais comment faisais-je avant? Je perdais du temps. Certes, les échanges humains que j'avais avec les autres fumeurs étaient beaucoup plus forts, mais finalement, je loupais beaucoup de choses, même les rumeurs du bahut! Je sais qu'arrêter de fumer peut sembler super difficile à la plupart des fumeurs, et je me comptais parmi les pessimistes quant à mon sort, mais là, tout de suite, ça me paraît presque trop facile!

 

 

Semaine +1...

 

Une semaine s'est écoulée depuis mon dernier billet, une semaine de plus sans cigarettes! J'avoue que c'était un peu tendu, entre les gamins surexcités au travail et le boulot qui s'accumule pour la fac, sans vouloir me jeter des fleurs, j'ai vraiment du mérite, car je ne suis pas convaincue que les lectrices accrocs au chocolat auraient pu se passer de leur chocolat dans une telle situation. Beaucoup de personnes de mon entourage ont suivi mes débuts avec le spray Malta Puff, et bien que je ne m'en sois servi, finalement, que deux trois jours, elles restent persuadées que c'est grâce à lui que j'ai arrêté. C'est un peu gênant de les voir me demander le nom du spray pour essayer elles aussi, ou contraindre leurs maris/chats/fils fumeur d'arrêter, en effet, je ne sais vraiment pas à quoi attribuer ma réussite (ou mon début de réussite) dans le sevrage tabagique.
-Hypothèse n°1 : j'avais déjà envie d'arrêter de fumer et le spray m'a servi de tremplin, d'opportunité pour arrêter
-Hypothèse n°2 : la volonté de prendre le spray avant chaque cigarette a enchaîné la volonté d'arrêter d'avoir envie de vomir et donc de fumer, le spray est donc efficace, voire miraculeux
-Hypothèse n°3 : trop fière, le fait de partager mon témoignage m'empêche d'échouer car cela m'obligerait à avouer mon échec devant plus de gens que mon entourage proche, et vu que je suis orgueilleuse comme pas possible, c'était impensable
-Hypothèse n°4 : le fait de dépenser moins d'argent dans la cigarette et donc d'augmenter mon pouvoir d'achat me permettrait d'enfin acquérir une nouvelle paire de chaussures d'hiver
-Hypothèse n°5 : je suis si obstinée que j'ai réussi à tenir une résolution (ouais, heu, même pas en rêve)
J'aurais pu citer des dizaines de résolutions comme ça, mais si je veux être totalement honnête, je dois dire que je ne sais pas à quoi attribuer mes deux semaines de sevrage. Le spray ne m'a que très peu servi, il a surtout un rôle de "au cas ou" au fond de mon sac (fond qu'il est difficile d'atteindre vu à quel point il est rempli). En revanche, futurs sevrés, tenez-vous pour dit que les pubs vantant l'arrêt du tabac ne sont que purs mensonges, dans les premiers temps du moins : en quoi le rhume de décrassage aide-t-il mieux à respirer, le stress à améliorer la qualité du sommeil, etc? J'avoue que les symptômes s'atténuent, j'espère que, la semaine prochaine, je pourrai vous raconter ma vie de sevrée du tabac sans symptômes! 

 

Voilà au bout de dix jours, Athénaïs ne ressent même plus l'envie de fumer... 

... à suivre... 

Athénaïs n'a pas repris la cigarette, elle a définitivement arrêté de fumer!

 

 

 

 

 



06/10/2012
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres