Non à une usine d'huile de palme à Port-la-Nouvelle!

      palmeraie         forêt tropicale

 

Cause principale de déforestation en Asie du Sud-Est, en Amérique du Sud et en Afrique, la culture du palmier à huile a des conséquences dramatiques pour la forêt tropicale et pour les communautés autochtones qui dépendent de celle-ci.

Antithèse incarnée de la biodiversité, les immenses monocultures industrielles de palmiers à huile bénéficient d'une façade verte: la certification RSPO. C'est cette dernière que le groupe malaisien Sime Darby, un des plus gros producteurs d'huile de palme au monde et acteur majeur du projet audois, brandit pour essayer de faire croire que son huile de palme est durable. L'autre investisseur du projet, le groupe hollandais Vopak, est un des principaux protagonistes du développement des agrocarburants en Europe. Huile de palme et agrocarburants: le mélange promet d'être explosif dans le sud de la France.

Le Conseil régional du Languedoc-Roussillon, propriétaire de la zone portuaire de Port-la-Nouvelle, est remarquable pour son absence de communication auprès du grand public de données tangibles sur le sujet.

En réponse à ce silence sur les impacts du projet, un collectif composé de citoyens indépendants, de groupes politiques et d'associations politiquement indépendantes, dont Sauvons la forêt, s'est formé pour la circonstance sous l'acronyme NO PALME (Nouvelles Orientations Pour des Alternatives Locales en Méditerranée).

Pour plus d'informations, lire le communiqué de presse du collectif.

Aidez le collectif NO PALME. Signez la pétition et montrez votre opposition à la construction d'une usine d'huile de palme à Port-la-Nouvelle. 

Affiche du collectif NO PALME

 

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/710/non-a-une-usine-d-huile-de-palme-a-port-la-nouvelle



25/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres